Newsletter
Subscribe
Partition spectateur

(Écrite à partir d'un spectacle de Rémy Heritier, Marseille - mai 2011)


Dans cette partition, il y a une sorte d' "il y a..", comme un espèce d' "il existe..." parce que nous pouvons toujours dire qu'il existe des choses.

Nous pouvons dire, alors, qu'il y a des choses, et qu'il y a un "il y a".

-------------

Nous commençons à partir d'ici, où nous sommes, avec cet "il y a...".

Il y a, tout d'abord, des prises de conscience, pas des tâches à exécuter.

-------------

Il y a, dans cette performance que nous regardons, une partition.

Il y a, dans cette partition, toutes les partitions que nous avons déjà écrit, dansé, lu, toutes les partitions desquelles nous nous souvenons.

Il y a des gestes dans ce spectacle que nous avons déjà fait nous-mêmes.

Il y a des mouvements que ces danseurs ont déjà fait.

Il y a, sur le plateau, tous les danseurs que nous avons déjà vu.

Il y a des phantômes sur scène, ces phantômes-danseurs.

Il y a, sur ce plateau, tous les plateaux que nous avons déjà vu, sur lesquels nous avons déjà dansé.

Il y a ces phantômes-espaces.

Il y a des images fixes que nous voyons qui ont une durée particulière.

Il y a des mouvements fugaces, qui ne durent pas.

Il y a, dans nos mémoires, tous ces moments qui maintenant se passent, devant nous, des moments qui sont déjà passés.

Il y a nos mémoires en mouvement.

Il y a, dans tout cela, une sorte d'écologie où nous nous voyons dans nos mémoires où tout s'est déjà passé, où nous n'avons pas besoins des nouvelles informations, où nous reconnaissons tout.

Il y a, dans cette prise de conscience, une expérience corporelle.

Il y a, dans cette corporalité, une autre prise de conscience, celle de nos corps, de nos postures assis ou débout.

Il y a, tout autour de nous, tous les spectateurs avec lesquels nous avons déjà regardé une performance, tous les amants, tous les amis, tous les mères, pères, frères, soeurs avec lesquels nous avons déjà partagé le rôle du spectateur.

Il y a une fragilité.

Il y a une résilience.

Tout cela existe.


Ben Evans/Rémy Heritier
: Ben Evans/Rémy Heritier